Quel soulagement… Johnny va s’en remettre.

Non pas que je m’intéresse au sort de l’idole des amateurs de t-shirts représentant des husky. Mais le jour de la disparition de Johnny est un jour que je redoute. C’est le jour où il faudra couper la radio, la télévision, éviter tous les sites de news et ce, pendant une bonne semaine.

Malgré cela, il paraît clair que je ne pourrai éviter d’être éclaboussé par le déferlement des hommages et autres commémorations dégoulinantes.

Et je suis prêt à parier que pendant son émission spéciale, Michel Drucker ne parlera pas de l’évasion fiscale de notre vociférateur national. Tout le monde oubliera que l’idole des jeunes a ouvertement cherché à se soustraire à son devoir de solidarité nationale.

Remarquez qu’il n’est pas le seul. Tous ces gros cons de sportifs surpayés se retrouvent aussi dans les boîtes de Gstaad à picoler du champagne. On ne va quand même pas partager notre surplus d’argent avec les pauvres ! L’argent sera bien mieux investi dans des fonds spéculatifs ou dans une troisième Maserati.

Le monde professionnel n’est pas en reste. Mon employeur a pour politique officielle de domicilier tous les cadres de direction en Suisse, pour raison fiscale.

Je vais faire mon Guy Carlier mais j’aimerais voir un jour l’un des ces enfoirés s’expliquer devant une maman dont l’école de son village a fermé, faute de moyens, la classe de son fils. Ou cette famille, entassée dans un logement insalubre faute de logement social. Ou ce type qui se retrouve dans un fauteuil roulant suite à un accident qui aurait pu être évité si l’on avait eu le budget pour aménager la route.

Bien sûr, Johnny n’est pas un serial killer et je ne pense pas qu’il mange les petits enfants. Mais refuser de payer ses impôts reste grave. Personne n’aime être forcé de payer. Mais l’Etat est là pour différentes choses, parmi lesquelles assurer la sécurité de ses concitoyens, leur éducation, maintenir un système de santé, etc. Et tout cela coûte de l’argent.

Echapper au fisc, c’est dégueulasse. S’en vanter, comme Anelka, c’est en plus insulter les gens.

Rappelons un théorème de base:

Payer plus d’impôt <=> Gagner plus d’argent

(sauf pour l’ISF et pour les cas marginaux en bordure de tranche mais ne chipotons pas).

Payer beaucoup d’impôts est une bonne nouvelle !

Le taux d’imposition maximum est de 40% en France, et ce pour un revenu par part supérieur à 69 783€ net annuels, soit plus de 5833€ net par personne et par mois.

Autrement dit, il reste pour ces pauvres bougres qui se plaignent d’être imposés à 40% au strict minimum 3500€ net par mois.

Il va sans dire que le revenu moyen des personnes exilées en Suisse ou autre paradis fiscal est très probablement très supérieur à cela. En tout cas, Anelka et Johnny gagnent, eux, beaucoup plus.

Les impôts sur le salaire du seul Anelka (~438000€/mois) permettraient de payer 385 RMI. Et l’on ne parle pas de ses revenus publicitaires ni primes de match.
Mais non, ce sera aux pauvres de se démerder pour se financer entre eux.

Je n’aime pas Johnny Hallyday et c’est pour cela que je suis content qu’il aille bien.

Et puis, il ne faut pas souhaiter la mort des gens, ça les fait vivre plus longtemps.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.